"SERVIR" : le livre événement du général de VILLIERS. LIBRE OPINION de Valeurs actuelles

Posté le jeudi 09 novembre 2017
"SERVIR" :  le livre événement du général de VILLIERS. LIBRE OPINION de Valeurs actuelles

« Dans les circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays. »

C’est avec ces mots que le général de Villiers, chef d’état-major des armées (Cema), avait présenté sa démission à Emmanuel Macron le 17 juillet.

Son tort : avoir osé exprimer sa colère lors d’une audition à huis clos, en commission de la défense de l’Assemblée nationale, après l’annonce (par voie de presse) d’une nouvelle coupe de 850 millions d’euros dans le budget des armées. Concrètement, les armées doivent ainsi supporter à elles seules 20 % de l’effort total (4,5 milliards) demandé aux ministères pour contenir le déficit de l’État en 2017.

 

Dans un livre intitulé Servir, paru ce jour aux éditions Fayard, le général de Villiers revient sur sa démission mais aussi, et surtout, explique aux Français les menaces auxquelles doit faire face notre pays et les défis que doit relever l’armée française aujourd’hui. « Cette démission que rien n’annonçait quinze jours plus tôt était pour moi un devoir personnel ; elle comporte également un devoir collectif, celui d’en expliquer les raisons, afin de dire aux Français la vérité sur l’état de nos forces armées et sur les menaces auxquelles notre pays doit faire face », écrit-il en introduction.

« La loyauté n’est pas l’esprit de cour ni l’assentiment permanent à ce qui peut être utile pour se faire bien voir. Le silence est parfois proche de la lâcheté. La loyauté perd de sa légitimité lorsque commence le légalisme », rappelle également le général de Villiers.

 

Revenant avec précision sur le nouveau visage de la guerre, les nombreuses missions confiées à l’armée française et la nécessaire transformation de cette dernière pour faire face aux nouvelles menaces, l’ancien chef d’état-major des armées donne aux citoyens français la possibilité de comprendre leurs armées. Pédagogique, il délivre de solides clefs de compréhension en matière de défense, tout en détaillant les mesures à prendre d’urgence. Comprendre pour agir.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : de 1980 à nos jours, la part du PIB consacrée à la défense a été divisée par 2, passant de 3 à 1,5 % (hors pensions, civiles et militaires, du ministère). Ce sont donc des centaines de milliards d’euros qui ont été prélevés sur les budgets de la défense pendant près de quatre décennies, désarmant la France tandis que la dette ne cessait de croître. Aujourd’hui, le budget militaire de la France est dépassé par celui de l’Allemagne, qui ne possède pourtant pas d’armement nucléaire et n’est pas engagée aussi intensément que la France dans des opérations extérieures. Aucun autre ministère n’a supporté autant de coupes tout en étant aussi sollicité. Cela n’est pas sans conséquences : l’armée française est exsangue. « Nos armées sont confrontées, depuis plusieurs années, à une forte tension, due à un niveau d’engagement très élevé et qui s’inscrit dans la durée – trente mille soldats en postures opérationnelles, de jour comme de nuit, depuis bientôt trois ans – et à un contexte budgétaire compliqué. Ce grand écart n’est pas tenable », résume le général de Villiers.

 

Source : Newsletter de Valeurs actuelles du 8 novembre 2017

Site de rediffusion : www.asafrance.frwww.asafrance.fr

 

 

Téléchargez le dossier "Lettres à un jeune engagé".
logo pdf

Téléchargez le dossier "Réactions à la démission du général de VILLIERS".

logo pdf

 

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.