POLITIQUE EUROPÉENNE : Ce que devra dire MACRON à MERKEL.

Posté le dimanche 14 mai 2017
POLITIQUE EUROPÉENNE  : Ce que devra dire MACRON à MERKEL.

Selon une coutume initiée par Nicolas Sarkozy, la première rencontre internationale du nouveau président de la République française sera pour la chancelière d’Allemagne. Emmanuel Macron trouvera une Angela Merkel de bonne humeur, en raison de la belle victoire, dimanche 7 mai, de la CDU dans l’élection régionale du Land de Schleswig-Holstein, qui augure bien du scrutin national du 24 septembre 2017, propre à donner un quatrième mandat à la chancelière. Suggérons que ce premier sommet franco-allemand du nouveau quinquennat se fasse à Strasbourg, afin de souligner la volonté des deux pays de redonner un second souffle à la construction européenne, après la catastrophe du Brexit.

 
La première tâche d’Emmanuel Macron sera de convaincre l’Allemagne que la France est enfin prête à assumer ses responsabilités. Après tout, c’est Paris qui, à l’époque de la réunification allemande, a tant milité pour la mise en place d’une monnaie commune. Après tout, c’est Paris qui a fixé le critère d’un déficit budgétaire maximum de 3 % du PIB. Les Allemands restaient attachés au principe de l’équilibre budgétaire, mais ils ont accepté, comme une concession, que les pays de l’eurozone puissent financer leurs investissements d’infrastructure par de l’endettement. Les gouvernements des pays latins ont souhaité l’euro en croyant que cela leur donnerait ipso facto la rigueur financière allemande. C’est le contraire qui s’est passé. La possibilité d’emprunter à taux très bas - une première dans l’histoire économique de ces pays - les a amenés à se goinfrer d’endettement.
 
Avec désinvolture, le président Jacques Chirac a foulé aux pieds toutes les promesses françaises, dépassant allègrement ce taux de 3 % imposé par la France à toute l’Europe, et utilisant l’endettement pour financer ses dépenses sociales courantes. Alors que l’Allemagne réformait son marché du travail et son État-providence par l’adoption des lois Hartz (2003-2005), la France refusait de bouger. Le président Macron s’est engagé à réformer le marché du travail français par ordonnances. Il faudra qu’il convainque la chancelière Merkel qu’il aura le courage de faire ces réformes jusqu’au bout, même si Mélenchon et la CGT tentent de l’en empêcher par un "troisième tour" dans la rue.
 
Un président français redevenu crédible, c’est une France capable d’être entendue dans ses propositions de relance de l’Union européenne (UE). Macron devra d’abord rappeler à Merkel que l’euro est un projet politique avant d’être financier, et qu’il n’existe pas de zone monétaire où les riches s’abstiennent d’aider les pauvres. Aux États-Unis, les États pauvres sont aidés par les États riches.
Oublions les politiques de relance par la consommation des ménages : elles ont toutes échoué. Le sursaut économique de l’Europe dépend de la relance des investissements productifs, en priorité dans les pays pauvres et endettés. C’est là que l’Allemagne doit jouer un rôle positif en apportant, d’une manière ou d’une autre, sa garantie aux emprunts devant financer la relance des investissements (dans les infrastructures, la formation professionnelle, la recherche appliquée, l’économie numérique, la défense), et en soutenant l’émergence de champions européens capables de résister à la concurrence des grandes entreprises américaines ou chinoises. La zone euro a besoin non seulement d’un secrétariat, mais aussi d’un budget propre, dévoué à ces investissements d’avenir.
 
En matière commerciale, la rencontre des 6 et 7 avril 2017 en Floride entre Trump et Xi a montré des Américains et des Chinois prêts à s’entendre sur le dos des Européens. Macron doit convaincre Merkel de l’urgence de mettre un terme à l’ouverture quasi absolue - et sans réciprocité ! - des marchés européens aux produits chinois et américains. L’instauration d’une TVA sociale à l’entrée du marché unique et l’adoption par directive d’un Buy European Act (à l’image du Buy American Act) sont des nécessités.
 
En échange, l’Allemagne demandera sans doute à la France de partager davantage son fardeau de l’accueil des réfugiés. C’est donc l’occasion de proposer une politique commune de l’asile et une force européenne de garde-côtes musclée, capable de faire la guerre aux trafiquants d’êtres humains, jusque dans leurs territoires de départ (comme en Libye). Parallèlement doit être montée une politique africaine où les aides européennes soient exclusivement dirigées vers des projets économiques viables, capables de maintenir chez elles les jeunes populations mâles.
 
Dans la nécessaire rénovation du partenariat franco-allemand, c’est la France qui a le plus à faire. Mais elle aura besoin du soutien affiché de l’Allemagne. Car en économie, la psychologie compte : c’est avant tout dans la tête des gens que naissent les décisions d’investissement.

 

Renaud GIRARD


 

Source : Le Figaro

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.