LIBRE OPINION du Général d’armée Pierre de VILLIERS, Chef d'Etat Major des Armées. «Lettres à un jeune engagé» - Innovation.

Posté le dimanche 14 mai 2017
LIBRE OPINION du Général d’armée Pierre de VILLIERS, Chef d'Etat Major des Armées. «Lettres à un jeune engagé» - Innovation.

Pensée du terrain - Lettres à un jeune engagé


" Innovation"

 

 

Mon cher camarade,

Tout au long de votre vie militaire, vous serez constamment confronté à un défi qui résume tous les autres : prendre l’avantage ! Sur l’adversaire, sur les éléments, sur les évènements… Pour y parvenir, l’innovation est une clé indispensable que vous ne saurez trouver qu’à la condition d’adopter l’état d’esprit qui convient.

Ne soyez jamais trop facilement satisfaits. Posez-vous, incessamment, la question de ce qui pourrait être amélioré. L’imitation et la reproduction de schémas ont leurs vertus ; mais elles peuvent aussi être inopérantes, lorsque les schémas, eux mêmes, sont dépassés. « Les règlements sont parfois des guide-ânes qui favorisent la faiblesse d’esprit » disait le maréchal Foch. Gardez en mémoire la belle devise du maréchal de Lattre de Tassigny, un autre grand chef : « Ne pas subir ! ». Ne subissez ni le présent, ni les limites, ni les contraintes, ni l’environnement. Exercez votre esprit à les remettre en question.

Refusez les évidences ! Soyez curieux et insatiables. Chaque besoin non satisfait est une innovation en puissance ! Tout doit être mis en œuvre pour y répondre : l’instinct, l’imagination, l’ingéniosité… C’est par ce type d’alliage que vous pourrez introduire du neuf dans quelque chose qui a un caractère bien établi !
Soyez ouvert à la nouveauté, aux évolutions techniques et technologiques. Elles offrent autant de leviers à mettre au service de l’innovation.
N’ayez pas de fausse pudeur ! La seule idée idiote est celle que vous n’aurez pas osé proposer ou partager. Faîtes confiance au génie français et à la « démerde » gauloise ! Pour innover, l’ingéniosité est indispensable.

Mais le courage ne l’est pas moins ! Le président Wilson qui, il y a cent ans, tout juste, décidait d’appuyer les alliés par l’envoi massif de soldats américains sur le continent européen, avait coutume de dire : « Si vous voulez vous faire des ennemis, essayer de changer les choses ».  C’est très juste ! Et, en même temps, ne rien changer, c’est être prévisible : c’est donc offrir la victoire à l’ennemi. On n’attend pas l’avenir comme on attend la relève de la garde ! « L’avenir, il ne suffit pas de le prévoir. Il faut le permettre ».
L’innovation le construit, à condition, bien sûr, d’être éclairée par nos valeurs, encadrée par nos principes éthiques et guidée par la finalité opérationnelle. C’est une responsabilité collective qui n’appartient pas aux seuls ingénieurs. C’est un état d’esprit qui doit animer tous et chacun.

Pour terminer, je vous livre ces quelques mots d’un vieil afghan qui, il y a dix ans, à la fin d’une shura, m’avait dit : « la différence entre un désert et un champ, ce n’est pas l’eau, mais l’homme ». Cette phrase résonne en écho à l’injonction du maréchal Leclerc : « Pour le succès des armes de la France, ne me dites pas que c’est impossible ! ». Tout est, ici, une question de volonté et de détermination.
La détermination qui sera, justement, le thème de ma prochaine lettre.

 

Fraternellement

Général d’armée Pierre de VILLIERS
Adressé par André Dulou

 

 

Retrouvez toutes les «Lettres à un jeune engagé» du Général d’armée Pierre de VILLIERS, Chef d'Etat Major des Armées. 
pdf logo

 

Source : Defense.gouv.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.