REVUE STRATÉGIQUE : L’essentiel reste à venir. LIBRE OPINION du Général (2s) Pierre ZAMMIT.

Posté le dimanche 22 octobre 2017
REVUE STRATÉGIQUE : L’essentiel reste à venir. LIBRE OPINION du Général (2s) Pierre ZAMMIT.

Pourquoi une revue stratégique ?
 

Les conclusions de la Revue stratégique ont été présentées au président de la République. Ce document figure ci-dessous en pièce jointe. C’est à partir de celui-ci que sera préparée la prochaine loi de programmation militaire (LPM). Cette loi de programmation pluriannuelle ne recouvre pas forcément le temps d’un quinquennat présidentiel ; ce sera le cas pour la prochaine loi 2019-2025)

Cette Revue stratégique propose une analyse du contexte géostratégique actuel et à moyen terme, des tendances fortes qui le caractérisent, des menaces auxquelles la France et l’Europe sont et seront confrontées (cette analyse est habituellement l’objet du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité nationales). De cette analyse découlent les choix et décisions du Président sur « nos ambitions en matière de défense et les aptitudes requises de nos forces » sur « la base de nos intérêts de défense et de sécurité nationales ».

C’est sur cette base des « aptitudes et capacités à détenir » par la France que sera établie la prochaine loi de programmation militaire 2019-2025 qui sera votée par le Parlement et que l’exécutif sera chargé de mettre en œuvre.

 

Que faut-il donc retenir de ce document en le replaçant dans cette perspective ?

  1. Par rapport au dernier Libre Blanc dont les analyses ont été régulièrement complétées, amendées, actualisées, rien de fondamentalement changé. L’analyse est fouillée. C’est un recensement clair, bien écrit des documents régulièrement publiés par les organismes d’analyse dont c’est la vocation. Il ne reste qu’à….

 

  1. Le plus important reste en effet à venir : la prochaine loi de programmation va définir les moyens que la France est prête à consentir au regard de ses ambitions et des capacités qu’elle estime devoir détenir, telles qu’elles sont définies dans la revue stratégique. Y aura-t-il cohérence ou pas ? Les moyens seront-ils à la hauteur des impératifs de sécurité ? Ce sera le premier test de crédibilité.

 

  1. Ensuite, il faudra examiner de près si chaque année, les budgets effectivement votés sont respectueux de cette loi de programmation. La trajectoire est-elle suivie ? La cohérence entre loi pluriannuelle et loi annuelle est-elle au rendez-vous ? Déjà pour le budget exécuté en 2017 et celui prévu en 2018, nous constatons une dangereuse inflexion par rapport aux objectifs budgétaires 2025 annoncés par le président de la République. Or, plus on s’éloigne de la trajectoire aujourd’hui, plus il faudra en rajouter demain pour revenir au niveau. De nombreux analystes émettent des doutes sur la capacité à rattraper ce retard. D’autant que certaines habitudes sont tenaces.

 

  1. Et enfin, au terme de chaque année budgétaire, au 31 décembre, il faudra regarder si les budgets votés en début d’année ont été effectivement exécutés tels que prévus. Si les crédits ont été effectivement mis en place au moment voulu et en quantité voulue. Si « glissements, gels, reports de crédits, crédits de pension inclus ou non inclus» et autres artifices de ce type (quand ce n’est pas annulation pure et simple des crédits) n’ont pas dénaturé ces budgets prévisionnels. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il sera possible de dire si oui ou non la France se donne effectivement les moyens de sa politique de défense, de ce qui est affiché et énoncé. Ce n’est qu’à ce moment qu’il sera possible de dire si oui ou non la remontée en puissance que tout le monde s’accorde aujourd’hui à reconnaitre comme indispensable et urgente est effective ou si elle n’est restée que parole. 

 

 

Rappelons que pour les cinq dernières lois de programmation, suite aux artifices budgétaires indiqués plus haut, environ une annuité a été perdue tous les cinq ans. Au bilan, sur 25 ans, se seront évaporés vers d’autres finalités des milliards d’euros initialement prévus - par le législateur, rappelons-le -  être investis dans la Défense et en particulier dans les équipements. On peut comprendre que la méfiance soit de mise. Sécurité des Français, influence et place de la France dans le monde, remontée en puissance, indépendance stratégique ? Le dire est une chose. S’attacher à y parvenir en est une autre.

 

 

Général (2s) Pierre ZAMMIT
Délégué de l’ASAF pour la Haute-Garonne.

Source de diffusion : www.asafrance.fr



Pour télécharger la "Revue stratégique", cliquez sur le PDF ci-dessous.
logo pdf


Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.