LIBRE OPINION du Général (2S) Jean SALVAN : Qui dirige la diplomatie occidentale ?

Posté le mardi 27 octobre 2015
LIBRE OPINION du Général (2S) Jean SALVAN : Qui dirige la diplomatie occidentale ?

Nous avons entendu des cris d’orfraie parce que la Russie a décidé d’intervenir en Syrie, et de frapper tous ceux qui font allégeance à Daech ou Al Qaïda. Pour les Russes, il y a une politique et une stratégie claire. Ils doivent :
- protéger leur accès à Tartous ;
- éliminer tous les terroristes qui s’attaquent à leurs intérêts, en utilisant aussi des forces terrestres ;
- donc, ils doivent s’accommoder de Bachar el Assad : en butte depuis quatre ans aux attaques verbales des Occidentaux et à la guerre menée par la Turquie, l’Arabie saoudite, les Etats du Golfe, il résiste toujours. Bachar el Assad n’est pas un enfant de chœur, mais face aux Islamistes, il représente un moindre mal. De plus, il bénéficie de l’appui des Russes, des Iraniens, du Hezbollah libanais, des Kurdes. En face, on doit constater que l’aide occidentale aux soi-disants modérés syriens a surtout profité à Daech et Al Nosra, qui ont récupéré les soldats formés et les armes imprudemment fournies à ceux qui sont nos ennemis depuis l’Afghanistan, l’Irak, le Sahel africain.
 
La France clame contre toute évidence que le problème c’est Bachar el Assad, et elle entend soutenir Al Nosra, qui a fait allégeance à Al Qaida, que nous combattîmes en Afghanistan. Notre gouvernement imagine pouvoir se débarrasser de Daech en participant à des frappes aériennes, qui ont montré depuis un an leurs limites.
L’Allemagne fait des courbettes devant le Président Erdogan. Après nous avoir inondé de migrants, il pose ses conditions pour en limiter le flot. Bien entendu, les Kurdes, qui furent les premiers à s’opposer à Daech et Al Nosra seront les dindons de cette farce : pour Erdogan, les Kurdes sont un mal absolu à détruire. Imagine-on Madame Merkel chagriner Erdogan dont elle a tant besoin ?
Quant aux Etats-Unis, ils sont empêtrés dans leurs alliances avec la Turquie, l’Arabie saoudite, les Etats du Golfe, qui soutiennent toujours Daech, et l’Iran qui est localement incontournable. Et croire que l’on pourrait stabiliser la situation en Ukraine par nos seules sanctions, c’est du rêve : il faudra négocier avec la Russie, et sérieusement.

Si on croit qu’il sera possible de stabiliser la situation au Proche et au Moyen-Orient sans tenir compte des intérêts de la Russie et de l’Iran, et sans réunir les principales parties -dont Bachar el Assad- autour d’une table, on continuera de faire de la politique fiction.

 

Oénéral (2S) Jean SALVAN

Source : Magistro

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.