ARMEMENT : Airbus Helicopters présente le successeur du Dauphin

Posté le mercredi 04 mars 2015
ARMEMENT : Airbus Helicopters présente le successeur du Dauphin

par Laurent Lagneau. Le 04-03-2015 – Zone Militaire.

Connu sous le nom de « X4″ pendant sa phase de conception, le H-160 est le nouvel hélicoptère qu’Airbus Helicopters a officiellement dévoilé le 3 mars à l’occasion du salon Heli-Expo d’Orlando (États-Unis). Il est appelé à succéder au SA365/EC155 Dauphin, dont plus de 1.100 exemplaires ont été vendus depuis 1975.

Le programme X4 a été lancé en 2009. À l’époque, Lutz Bertling, le patron d’Eurocopter [ndlr, Airbus Helicopters] voulait que ses ingénieurs développent une nouvelle machine qui marquerait une « rupture technologique ». « Le X4 sera même plus innovant que l’A320 en son temps. Nous allons utiliser des technologies encore au stade du développement, qui vont changer la façon de piloter un hélicoptère », avait-il assuré en novembre 2011, dans les colonnes du quotidien Les Echos.

Un peu plus de trois ans plus tard, Airbus Helicopters a donc présenté son nouvel appareil, après avoir cependant renoncé à lui intégrer certaines technologies, comme les commandes de vol électriques, Guillaume Faury, le nouveau PDG du constructeur, ayant recentré le programme sur les technologies utiles aux clients potentiels.

Toutefois, le H-160, dont le fuselage est composite, fait appel à pas moins de 68 technologies différentes appartenant à Airbus Helicopters. Plus lourd que le Dauphin, ce nouvel appareil, d’une masse de 5,5 à 6 tonnes, aura une capacité d’emport plus importante que son prédécesseur. Parmi les innovations notables dont il bénéficie, l’on compte les pales « Blue Edge », dont les extrémités en forme de boomerang font qu’elles permettent de réduire de 50% le bruit extérieur. Un plus quand il s’agit d’intervenir en zone urbaine…

Le H-160 dispose d’un rotor arrière carréné (le fenestron) incliné de 12° ainsi que d’un contrôle anti-couple et de stabilisateurs (dont de petites ailettes à l’arrière appelées « biplane stabilizer ») qui facilitent le pilotage, notamment à faible vitesse ou en vol stationnaire. Doté de la suite avionique Helionix, il est propulsé par l’Arrona 1,100-shp du motoriste Turbomeca, ce qui lui permettra de consommer moins de carburant par rapport aux hélicoptères actuels (entre 10 et 15%). Enfin, son train d’atterrissage est électrique, ce qui réduit la masse des circuits hydrauliques.

Côté performances, le H-160 aura un rayon d’action de 222 km avec 12 passagers à bord. En configuration « sauvetage », la distance franchissable passe à 834 km, avec une réserve de 20 mn. En régime de croisière, sa vitesse devrait être de 296 km/h.

« La majeure partie du design et de la production (du nouvel appareil) se font à Marignane, les pales sont fabriquées à La Courneuve et la cellule de l’appareil en composite est dessinée et produite à Donauwörth (Allemagne) », a indiqué Airbus Helicopters, dans un communiqué.

En 2011, le patron du constructeur avait expliqué que le programme du H-160 (X-4 à l’époque) allait coûter « 1 milliard d’euros, auxquels s’ajouteront 200 millions sous forme d’avances remboursables du gouvernement français. L’Allemagne devrait aussi y contribuer sous forme d’avances remboursables pour 6 % à 8 % ».

Pour le moment, Airbus Helicopters mise sur le H-160 pour rivaliser avec l’AW139 d’Agusta Westland et le S-76D de Sikorsky. Mais il n’est pas impossible qu’il ait à l’avenir une déclinaison militaire, comme le Dauphin en son temps. En attendant, le premier vol de cet appareil est prévu pour 2015, pour une mise en service trois ans plus tard.

 

Source : Zone Militaire - opex360

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.